Novophane, le complément alimentaire qui m’a redonné le moral (ou comment j’ai failli ressembler au professeur Xavier)

Cet article N'EST PAS un article sponsorisé. 
Aucun laboratoire ne m'a payé pour que je teste le Novophane. 
C'est un complément alimentaire que j'ai acheté et testé moi-même.
Tu veux témoigner pour le blog ? Je cherche des témoignages qui parlent de la vie avec le SOPK, de la grossesse, des difficultés à tomber enceinte, de la dépression… que ce soit positif ou négatif. J’aimerais que ça aide les nouvelles OPK Girls à voir qu’elles ne sont pas seules dans cette difficulté.
Si ça t’intéresse, n’hésite pas à me contacter.

Le prof Xavier, tu sais le mec des X-mens…

Mon portrait

J’ai les cheveux longs. Moins maintenant mais il y a encore quelques mois ils étaient assez longs.

J’ai une coupe classique, avec une raie au milieu.

J’alterne entre les cheveux lâchés ou les queues de cheval.

Comme toutes les nanas à cheveux longs je perds un peu mes cheveux et je les sème partout dans la maison, mais rien d’extravagant.

cheveux allopecie.jpg

Depuis que j’ai été diagnostiquée OPK Girl il y a quelques années, il m’arrive plein de super trucs :

  • j’ai grossi
  • j’ai un peu d’acné
  • j’ai plein de chouettes poils dans des endroits où ils ne devraient pas se trouver

Mon histoire

Un matin, dans ma salle de bain, j’ai constaté que je voyais un peu plus ma raie. Rien d’alarmant mais bon…

De jours en jours, j’ai constaté la même chose. Je ne me suis pas inquiétée tout de suite (d’autant plus qu’on rentrait dans la période d’automne, et à ce moment là je perds mes cheveux plus que d’habitude). Et je savais qu’avec des spots halogène au dessus de la tête, on a toujours l’impression d’avoir les cheveux pauvres.

Au fil des jours, je voyais de plus en plus mon crâne, enfin je veux dire : la peau de mon crâne.

J’ai changé de shampoing, j’ai essayé de manger mieux, j’ai arrêté de m’attacher les cheveux… mais bon, rien de mieux à ce niveau là.

Le truc qui m’a vraiment inquiété ce que je me suis mise à vraiment perdre mes cheveux, en grande quantité.

J’en faisais tomber partout et quand je passais un bon coup d’aspirateur à la maison j’étais vraiment très étonnée de la quantité que je pouvais perdre…

Finalement je suis allée voir mon médecin traitant. Il n’a rien constaté d’anormal (ça m’aurait étonné).

Pendant des mois et des mois j’ai continué à perdre mes cheveux. Ma raie était de plus en plus visible, et quand je passais mes mains dans mes cheveux, je sentais que j’avais moins de « masse » (sans compter qu’il m’en restait un paquet entre les doigts…).

C’est con à dire mais j’ai presque failli tomber en dépression à cause de mes tifs. Je crois que pour une nana perdre ses cheveux c’est vraiment ce qu’il y a de pire physiquement.

Je pleurais tout les jours, je n’osais pas les brosser et j’avais la hantise de découvrir le carnage sur l’oreiller le matin en me levant.

Un jour j’ai quand même décidé d’aller voir un dermato, un soi-disant « spécialiste du cuir chevelu ». Il a fallu que j’attende 3 mois pour décrocher un rendez-vous.

Le jour J je suis allée au cabinet, la peur au ventre, attendant le verdict. Ce connard de médecin (parce-que là, pour le coup, il n’y a pas d’autres mot) m’a à peine ausculté. Il m’a à peine prise au sérieux et m’a annoncé de but en blanc que j’avais une alopécie androgénétique, un truc incurable et qu’il faudrait m’opérer pour me réimplanter des cheveux, parce-qu’à cette vitesse-là j’allais bientôt être chauve. Le pire, c’est que ce trou duc’ de médecin je l’ai cru ! Je suis sortie de là en me voyant déjà avec la boule à Z (d’où le rapprochement avec le professeur Xavier).

Une fois chez moi j’ai fait la pire des bêtises : j’ai foncé sur internet à la recherche de l’alopécie, et là, j’ai vu les photos. Des dizaines de photos plus alarmantes les unes que les autres…

alopecie.jpg

Quoi ?! Je n’ai même pas 30 ans et je vais me retrouver comme ça ??!! Les ovaires polykystiques ok je gère… Les poils, l’acné, dur mais je gère… mais là, les cheveux, c’est trop. Trop c’est trop !

Heureusement pour moi, ce jour là je devais passer à la pharmacie acheter un truc pour Chéribibi. Je dis heureusement car par un concours de circonstances, ma pharmacie habituelle était fermée et j’ai donc été obligée d’aller dans une autre pharmacie.

Là encore, chanceuse, j’ai rencontré une pharmacienne a qui j’ai pu parler de mes problèmes de cheveux (je ne sais même plus pourquoi j’en suis venu à parler de ça mais bon… j’en ai parlé à ce moment là et ça a été utile). La pharmacienne (merci à elle) a pris le temps de jeter un coup d’oeil à mon crâne et d’un air sceptique, m’a dit de ne rien faire pour l’instant, car « l’alopécie est quand même quelque chose de grave à ne pas prendre à la légère« . Au final, elle m’a proposé un super truc, le Novophane.

Le Novophane n’est pas un médicament mais un complément alimentaire. Il permet d’avoir de beaux ongles et de beaux cheveux. Il empêche aussi la chute de cheveux.

J’ai donc acheté une boîte (30 € quand même ! Ouch ! Et pas remboursé par la Sécu bien sûr). Une boîte correspond à un traitement de 3 mois (le traitement doit durer 3 mois pour être efficace, à renouveler tous les 3 mois, soit 2 fois par an).

Et donc j’ai pris mon Novophane. Une gélule par jour, tous les matins.

Et bien sans te mentir le Novophane a changé ma vie. Au bout d’un mois ½ je ne perdais plus du tout mes tifs, et au bout de 3 mois j’avais récupéré une masse de cheveux correcte.

J’ai donc fini la première boîte, et 3 mois plus tard j’ai refait le même traitement. 60 € pour la tranquillité de l’esprit, ça n’a pas de prix !

Finalement, après une année de traitement au Novophane et après un rendez-vous chez un gynéco spécialiste de l’infertilité, j’ai compris que pour ne plus perdre ses cheveux et tenter de contrôler le SOPK, il faut prendre soin de soi (faire du sport, manger sainement…).

Maintenant mes problèmes de cheveux sont réglés et je ne les perds plus. Un problème de moins sur ma longue liste.

Conclusion

Pour conclure, je dirais que je pense clairement ne pas être atteinte d’alopécie, androgénétique ou non. Malgré un mauvais diagnostique et une grosse période de stress, tout est rentré dans l’ordre.

Après renseignements, le syndrome des ovaires polykystiques (couplé à mes problèmes de thyroïde) font naturellement perdre les cheveux, plus que la moyenne. Le Novophane et un peu de sport suffisent donc à tout remettre en place.

Il faut garder le courage et tout tenter avant de voir les choses en noir. J’ai surtout appris qu’un diagnostique, aussi mauvais soit-il n’est pas immuable. Si le résultat qu’on te donne est trop alarmant, il ne faut pas hésiter à aller consulter ailleurs, afin d’avoir des avis différents.

Par contre garde en tête que malheureusement, l’alopécie est une vraie maladie qui existe réellement, SOPK ou non. Lis le témoignage d’Angéline ici, tu en apprendras peut-être plus.

Miss OPK 💜

Laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s