Des hauts, des bas… merci les OPK !

Tu veux tĂ©moigner pour le blog ? Je cherche des tĂ©moignages qui parlent de la vie avec le SOPK, de la grossesse, des difficultĂ©s Ă  tomber enceinte, de la dĂ©pression… que ce soit positif ou nĂ©gatif. J’aimerais que ça aide les nouvelles OPK Girls Ă  voir qu’elles ne sont pas seules dans cette difficultĂ©.
Si ça t’intĂ©resse, n’hĂ©site pas Ă  me contacter.

Être un OPK Girl ce n’est facile…

Ce n’est pas facile pour le moral, ce n’est pas facile pour le corps et surtout ce n’est pas facile pour vivre au quotidien.

MĂȘme si le SOPK ne fait pas mal, mĂȘme si ça ne se voit pas de l’extĂ©rieur, c’est difficile Ă  supporter, et certains jours, on craque.

Les mĂ©decins nous rĂ©pĂštent de garder le moral, qu’aprĂšs tout on ne souffre pas, qu’on est des filles « comme les autres », des filles « normales » avec un lĂ©ger problĂšme, mais y’a pas mort d’homme hein ? rooo quand mĂȘme…

Bref, on se sent tiraillĂ©e dans notre tĂȘte entre « aprĂšs tout je n’ai pas de cancer, il y’a plus grave dans la vie » et « putain pourquoi ça m’arrive Ă  moi ??!! j’aurai jamais d’enfant, bouuuuhhh…« . Tu te reconnais lĂ  dedans ? Je te rassure, moi aussi…

À la maniĂšre des psychopathes bipolaires, on alterne frĂ©quemment entre une pĂ©riode de joie (une vie normale quoi) et une pĂ©riode de dĂ©prime, voire mĂȘme de bonne dĂ©pression.

Tu commences ta journĂ©e relativement bien. T’essaies de ne pas penser au fait que tu ne seras pas enceinte prochainement. Tu vis ta vie. Mais on sait pas pourquoi, tu as la bonne idĂ©e d’allumer ta tĂ©lĂ©… et lĂ , tu tombes sur Baby Boom, cette Ă©mission Ă  la con oĂč tu vois des bĂ©bĂ©s et des femmes enceintes de partout. MĂȘme si tu zappes direct’, c’est foutu, tu te sens vide, tu sens tes larmes monter et lĂ  c’est la grosse cata.

Je connais, je connais, je suis passĂ©e par lĂ  des annĂ©es avant de me faire une raison. Je ne dis pas que c’est facile, mais au bout d’un moment, ton esprit lĂąche l’affaire et bizarrement tout ça ne te touche plus, ou beaucoup moins. Pour preuve, je viens de faire ma premiĂšre insĂ©mination artificielle (qui n’a pas fonctionnĂ©) et Ă  part quelques larmes le jour de la prise de sang, je n’ai pas pĂ©ter un boulot comme je le faisais il y a encore pas si longtemps…

dépression (3)

Il faut savoir que des hauts et des bas c’est normal, surtout au dĂ©but (et quand je dis au dĂ©but je veux dire les premiĂšres annĂ©es) :

  • tu pĂštes un cĂąble quand tu vois un bĂ©bĂ© ou une femme enceinte passer devant tes yeux
  • tu pleures sans arrĂȘt pour rien, mĂȘme devant ta tĂ©loche, mĂȘme en faisant ton jogging, mĂȘme pendant que tu fais tes courses…
  • ChĂ©ribibi te sort par les yeux, surtout quand tu as l’impression qu’il ne te comprend pas
  • tu hais les femmes enceintes
  • tu te sens grosse, moche, nulle… surtout si tu as de l’acnĂ© et de la pilositĂ©
  • et tu rumines tout le temps les mĂȘmes questions : « pourquoi moi ?« , « pourquoi ça marche pas ?« , « pourquoi les mĂ©decins s’en foutent ?« , « pourquoi ? pourquoi ? pourquoi ?…

Heureusement tout n’est pas toujours noir. Contrairement Ă  l’endomĂ©triose qui fait souffrir, le SOPK est une « maladie » qui ne t’empĂȘche pas de vivre normalement. Alors arrĂȘte de te morfondre et profites-en ! Fais du sport, voyage, profite du soleil… vis tout simplement !

Il faut arriver Ă  s’accrocher et Ă  passer au-dessus de ça. Dis-toi que mĂȘme si c’est dur, mĂȘme si tu vas passer par des moments pourris, mĂȘme si tu as la haine, accroche-toi ! La vie est belle et il est dommage de gĂącher quelques annĂ©es de vie pour cette merde de syndrome.

Le SOPK ne gagnera pas !

Dans tous les cas, si tu te sens vraiment angoissĂ©e, en dĂ©prime totale, si tu sens que tu n’arrives pas Ă  remonter la pente, que tu t’en sors pas seule, ou pire, que tu commences Ă  avoir des idĂ©es noires, VAS VOIR UN PSY ! Il n’y a pas de honte Ă  ça, au contraire ! Ça te permettra de mettre des mots sur ton mal-ĂȘtre et de partager des choses que tu ne veux ou n’oses pas partager avec ChĂ©ribibi.

Au bout de 4 ans j’ai fini par aller voir un spĂ©cialiste moi aussi. Je n’ai Ă©tĂ© suivie que 6 mois mais ça m’a pas mal aidĂ© Ă  relativiser les choses et j’ai surtout arrĂȘter de prendre la tĂȘte Ă  ChĂ©ribibi. Et oui, mĂȘme si certains hommes n’en parlent pas, le fait que la grossesse n’arrive pas assez vite les rend malheureux eux-aussi. Je trouve ça tellement dommage que des couples finissent par se sĂ©parer pour une histoire de fertilitĂ© difficile Ă  porter.

Je ne te cache pas que je roule pas sur l’or et que pour moi, dĂ©bourser 50 € par semaine pour un psy c’Ă©tait juste pas possible. Si tu es dans mon cas, il te reste deux solutions :

  1. soit tu arrives à te faire prescrire des séances de psychothérapie chez un psychiatre (lui est remboursé par la sécu) via ton médecin traitant
  2. soit tu vas voir dans un centre mĂ©dical d’aide social (ce que j’ai fait). C’est gratuit et il y a des infirmiĂšres et des psy Ă  disposition. Tu prends rendez-vous et tu te fais suivre comme tu le ferais ailleurs. Le seul truc c’est qu’il faut ĂȘtre patiente car ça peut-ĂȘtre long.

Courage !

Miss OPK 💜

3 commentaires

  1. Hey ! Je viens de tomber sur ton petit site ! Il ma donner envie de pleurer haha ! J’ai 22 ans depuis dĂ©but Juillet et j’ai Ă©tĂ© diagnostiquer OMPK le 31 juillet (oui oui y’a genre 2 jours). J’avais des rĂšgles ordinaires et depuis l’annĂ©e derniĂšre plus rien ! Je me suis pas trop affoler au debut, sa m’arrangeai un peut je l’avoue ! Fin 2016 je suis allĂ©e voir mon gygy qui ma trouver un kyste Ă  l’ovaire gauche (jusque lĂ  ça va) mais ne voyant toujours pas les anglais arrivĂ©es j’y suis retourner dĂ©but 2017, le gygy ma prescrit un traitement de 5 jours sencer les faire revenir, et elles sont lĂ©gĂšrement revenues pendant quelque jours et depuis plus rien. Mon conjoint et moi mĂȘme souhaitons un enfant dans quelques annĂ©es mais avec ce que ma dit le gygy.. Tout le monde me dit de ne pas m’affoler mais maintenant que je peut mettre une raison sur mes douleurs et la prise de poids c’est dur durr.. Cela faire seulement 2 jours mais je suis tellement Ă©motive que j’en deviens bipolaire… J’ai passer les 2 journĂ©es Ă  ĂȘtre bien, puis dĂ©primĂ©e, puis bien, puis dĂ©primĂ©e.. Mon chĂ©ri (qui reste malgrĂ© un Amour) me rĂ©pĂšte de ne pas m’inquiĂ©ter et qu’on verra tout ça le moment venu, et je suis d’accord avec lui. Mais je ne peut pas m’empĂȘcher d’y penser.. Sa me fait tres mal a certains moments et c’est dans ses moments la que je me sent au plus bas, genre hyper nul. Je sais pas vraiment quoi faire …

    Merci pour ton site, il remonte un peut le morale, je vais me le mettre de cÎté et le lire quand ça va pas fort.

    ♡ Vive les OMPK/OPK ♡ et surtout vive les personnes dans le meme cas qui remonte le morale ♡ Merci ♡

    J'aime

    • Coucou, merci pour ton message ^^Ne t’en fais pas, tout peut s’arranger, il faut juste te prendre en main dĂšs aujourd’hui : fais-toi bien suivre par les spĂ©cialistes, aies une activitĂ© physique et mange bien pour ne pas prendre de poids et surtout reste sereine… Tu as pour avantage de ne pas vouloir tomber enceinte tout de suite, tu as donc le temps de prĂ©parer ton corps Ă  lutter contre les OPK. Bon courage et garde le moral !

      J'aime

Laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google+. DĂ©connexion / Changer )

Connexion Ă  %s